Le Seigneur des Anneaux – Gollum sortira sur Next Gen

Cela fait maintenant plus de deux ans que nous arpentons une reproduction virtuelle de la Terre du Milieu dans l’excellent L’Ombre de la Guerre. Joie : une nouvelle aventure attend les fans de Tolkien en 2021, basée sur le personnage de Gollum.

C’est donc sur PlayStation 5, PC et Xbox Série X que sortira Le Seigneur des Anneaux Gollum. Le jeu marque la première collaboration entre le studio allemand Daedalic (Shadow Tactics) et Middle-Earth Enterprises, une société directement liée à la famille Tolkien. L’Estate compte bien, avec ce jeu aux proportions épiques, prendre ses distances avec les adaptations de Peter Jackson (Christopher Tolkien, fils de J.R.R., n’a jamais caché son dédain pour les deux trilogies). Le dernier numéro du magazine britannique Edge propose une préview exclusive du jeu, et certains détails de l’article sont repris par IGN France. On y apprend que les premières illustrations montrent un Gollum étonnamment grand (« Tolkien n’a pas donné d’indication quant à la taille du personnage », se défend l’un des auteurs du jeu), que l’esthétique s’inspirera des propres dessins de Tolkien, et que le personnage central, emprisonné dans la tour de Barad-dûr au début de l’aventure, ne ressemblera absolument pas à la version de Weta et Andy Serkis.

« Il s’agira d’une expérience portée par la narration », affirmait l’an dernier le CEO de Daedalic Carsten Fichtelmann. « Nous racontons l’histoire de Gollum en adoptant une perspective inédite, tout en restant fidèle aux livres légendaires de J.R.R. Tolkien. » A noter que le joueur devrait rencontrer au fil de son périple quelques personnages emblématiques de la saga, notamment des Nazguls. « Ils représentent un challenge intéressant, car leur position est très documentée dans la narration générale » , poursuit le développeur. « On se disait ‘merde, peut-on utiliser les Nazgûl cools ?’ Je pense que les nôtres sont les moins cools. Ce sont le batteur et le bassiste du groupe. Mais cela nous laisse une chance de les rendre plus populaire ! » La schizophrénie du personnage devrait enfin être au cœur même du game design, chacun des chapitres soumettant le joueur à trois ou quatre conflits internes. La manière dont on résoudra chaque dilemme devrait décider de l’issue de l’aventure.

Etant donné qu’on voue ici une culte sans la moindre retenue à l’adaptation de Jackson, on croise les doigts pour que Fichtelmann et son équipe n’aient eu pas les yeux plus gros que le ventre, et se montrent à la hauteur d’un projet particulièrement ambitieux sur le plan dramatique…

Crédits : Middle Earth Enterprises, New Line Cinema

%d blogueurs aiment cette page :