Death Stranding : la bande-annonce finale est un joyau

le

Au moment où Hideo Kojima faisait une apparition remarquée, en cette après-midi du 30 octobre 2019, sur la scène centrale de la Paris Games Week, Sony dévoilait la bande-annonce finale du tant attendu Death Stranding. Ces sept minutes hallucinantes annoncent une expérience vidéoludique volant thématiquement et esthétiquement bien au-dessus d’une industrie généralement allergique aux prises de risques et aux approches conceptuelles radicales.

Le cast très impressionnant de Death Stranding a largement le temps de respirer durant cette bande-annonce étendue, notamment un Mads Mikkelsen passant d’un père éploré à une figure fantomatique et implacable, ou le couple magnifique formé par Norman Reedus et Lindsay Wagner, menacés par le vieillissement accéléré de la belle (l’idée d’engager l’interprète culte de Super Jaimie pour le rôle est dans ce contexte totalement brillante). Incarnés par les réalisateurs Guillermo Del Toro et Nicolas Winding Refn, et les comédiens Léa Seydoux, Margaret Qualley (vue récemment dans Once Upon A Time… In Hollywood), les personnages secondaires ont tout autant de poids, en enrichissent un récit dont l’ambiance poétique ne ressemble à rien de connu, que ce soit dans le monde du jeu vidéo, du cinéma ou de la littérature.

Si elle s’empare de codes familiers (le protagoniste central doit remettre en fonctionnement des sources d’énergie artificielles au sein d’une île post-apocalyptique), la démarche créative voire politique de Hideo Kojima est d’une liberté absolue, l’auteur de Metal Gear Solid ne semblant pas se soucier des attentes et du cahier des charges d’un quelconque investisseur. Outre un monde ouvert immersif mais volontairement dépouillé (ce qui ne devrait en aucun cas limiter l’étendue des interactions, si l’on en croit les premières séquences de gameplay), le production design suffit à lui seul à distinguer Death Stranding du tout venant actuel, appuyé par une mise en scène inventive, stylisée mais surtout très nuancée, où chaque changement d’angle de caméra ou placement de personnage nourrit un enjeu dramatique bien précis. Le commentaire sur le devenir de l’Amérique, de la part d’un un auteur depuis toujours influencé par la culture de l’Oncle Sam, promet par ailleurs de s’avérer passionnant et particulièrement ironique (la bande-annonce contient au passage un clin d’œil direct à Apocalypse Now, comme le montre notre photo de couverture).

Le trailer en lui-même n’obéit clairement pas aux canons du jeu vidéo, puisqu’il fonctionne en l’état à la fois comme un court-métrage, une succession d’extraits plus ou moins connectés et un clip vidéo épique. Kojima est aujourd’hui en position de plier à sa volonté la campagne marketing de ses oeuvres ; c’est dire son influence dans une industrie de plus en plus guidée par les enjeux de la bourse…

Death Stranding sortira sur PlayStation 4 le 8 novembre prochain et sur PC durant l’été 2020. Test à venir dans ces pages !

Crédits : Kojima Productions